Le 16 janvier 2017, FREDERICTON (GNB) – Le gouvernement provincial investit 1,9 million de dollars dans l’Institut canadien sur la cybersécurité, une plaque tournante innovatrice pour la recherche, la formation et la collaboration de l’industrie, dont l’inauguration officielle a eu lieu, aujourd’hui, à l’Université du Nouveau-Brunswick (UNB).

« La demande mondiale concernant le soutien et les services en cybersécurité représente une occasion immense de création d’emplois ici, dans notre province », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant. « Le Nouveau-Brunswick est déjà un chef de file mondial en matière de cybersécurité. L’amélioration des possibilités de formation et de recherche par l’entremise de cet institut permettra de saisir cette possibilité économique importante. »

Pour faciliter le changement vers une économie du savoir, le gouvernement provincial met l’accent sur l’innovation en cybersécurité. Le marché mondial de la cybersécurité est en croissance, et des analystes estiment que ce marché évalué à 75 milliards de dollars américains en 2015 passera à 170 milliards de dollars américains d’ici 2020, et ce, en raison de la hausse des coûts liés aux cyberattaques, qui devraient atteindre 2,1 billions de dollars américains d’ici 2020.

En plus du financement accordé par le gouvernement provincial, le gouvernement fédéral investit 2,27 millions de dollars par l’intermédiaire de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA), et l’université verse plus de 330 000 dollars.

« Le gouvernement du Canada, par l’entremise de l’APECA, est heureux de soutenir l’établissement de l’institut », a affirmé le député fédéral de Fredericton, Matt DeCourcey. « Compte tenu de la vitesse à laquelle la présente génération adopte les applications numériques les plus modernes comme les technologies de la prochaine génération et la technologie mobile, la cybersécurité est un secteur stratégique important offrant d’immenses possibilités et un potentiel de croissance économique qui profiteront à la région pendant des années à venir. »

M. DeCourcey prenait part à l’événement pour le ministre fédéral de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, qui est également ministre responsable de l’APECA.

Sécurité IBM sera le premier partenaire en recherche et développement de l’institut.

« IBM est fière d’être le premier partenaire en recherche et développement de l’institut et d’aider le Nouveau-Brunswick à se bâtir une économie du savoir », a dit le chef de la technologie de Sécurité IBM, Sandy Bird. « La demande de professionnels de la cybersécurité hautement qualifiés est l’un des plus grands défis que l’industrie doit relever aujourd’hui, on s’attend à ce que cette demande ne fasse qu’augmenter. Ensemble, nous adoptons un rôle actif pour combler les lacunes en matière de compétences qui existent dans le secteur de la cybersécurité de la province, nous faisons de la sensibilisation pour attirer de nouveaux talents, et nous collaborons avec les éducateurs pour fournir des outils de formation de la prochaine génération. »

Ali Ghorbani, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cybersécurité à l’UNB et doyen de la Faculté d’informatique, agira à titre de directeur fondateur de l’institut.

L’institut, qui est situé sur le campus de l’université, travaillera en étroite collaboration avec des chercheurs en sciences sociales, en commerce, en informatique, en ingénierie, en droit et en sciences, ainsi qu’avec d’autres centres de recherche.

RENSEIGNEMENTS POUR LES MÉDIAS :

Mary-Anne Hurley-Corbyn, communications, Opportunités NB, 506-476-7596, mary-anne.hurley-corbyn@onbcanada.ca.

Ann Kenney, communications, Agence de promotion économique du Canada atlantique, 506-452-3687, ann.kenney@canada.ca.

David Stonehouse, communications, Université du Nouveau-Brunswick, 506-458-7925, david.stonehouse@unb.ca.

Jinna Kim, communications, IBM, 905-316-2179, jinnak@ca.ibm.com.