elandas est une entreprise de solutions SaaS néo-brunswickoise offrant une variété d’outils d’habilitation aux chefs de file de la vente et du marketing dans le secteur des sciences de la vie.

Ryan Roberts, président-directeur général, affirme que l’entreprise a commencé avec une solution visant à aider les clients (entreprises pharmaceutiques, biotechnologiques et d’appareils médicaux) à simplifier le processus d’obtention de ressources de marketing personnalisées par le truchement de processus rigoureux d’examen et d’approbation.

Le succès de son produit initial (Pull-Through Express) a incité elandas à se pencher vers d’autres défis de ses clients. La solution Coverage Tracker permet de collecter les données saisies par les vendeurs d’une entreprise et de les déplacer au moyen d’un processus d’examen et d’approbation. Les ensembles de données qui en résultent sont alors utilisés pour créer des tableaux de bord exécutifs aux fins de prise de décision stratégique.

Alors que l’entreprise lance un nouveau produit mobile – eGenerate – Opportunités NB (ONB) pense que le moment est bien choisi pour parler avec Ryan Roberts afin d’en apprendre davantage.

ONB : Où se trouvent vos clients?

Roberts : Nous avons principalement fait affaire aux États-Unis jusqu’à maintenant. Cependant, nous commençons à gagner du terrain au Canada, et des entreprises étrangères ont manifesté leur intérêt. Nous avons récemment reçu une demande d’information provenant de la Suisse directement liée au succès d’un de nos clients avec notre solution de marketing.

Le besoin pour vos produits est-il plus grand aux États-Unis?

Les défis que nous avons relevés dans nos débuts étaient plutôt uniques au marché des États-Unis. Une grande partie de ces défis découlait des changements apportés à la couverture d’assurance, ce qui n’est pas un facteur aussi important au Canada. Par contre, nous savons maintenant que nos solutions de collecte et de partage de données exercent un énorme attrait au-delà des États-Unis. L’explosion de données a rendu nos solutions plus pertinentes alors que nous allions de l’avant. Les données sont si accessibles maintenant, et la personnalisation est de plus en plus répandue.

Il s’agissait, à un certain moment, de montrer aux gens les meilleurs régimes d’assurance offerts dans leur État. Puis c’est devenu plus détaillé – quels sont les meilleurs régimes dans un centre urbain? Maintenant, dans certains cas, on en vient à déterminer le régime le plus pertinent pour un bureau de médecin particulier. Notre travail est devenu extrêmement précis, et nos présentations sont plus personnalisées en fonction du public. Nos solutions aident vraiment les représentants à éviter de faire perdre le temps précieux d’un praticien de la santé.

Vous avez quitté l’Alberta pour revenir au Nouveau-Brunswick. Quels sont les avantages d’établir l’entreprise ici comparativement à une autre province?

J’ai l’impression que le système de soutien d’ici convient mieux à une entreprise de notre taille. Le milieu des affaires du Nouveau-Brunswick est très uni et solidaire.

J’ai eu la chance de participer au programme Entrepreneurial Leaders Program (ELP) du Wallace McCain Institute, par exemple. J’ai fait partie d’une cohorte fantastique qui se réunit toujours chaque trimestre. J’ai créé des liens avec des mentors vraiment incroyables par l’entremise de ce programme; il s’agit d’un excellent groupe de gens intelligents sur lesquels on peut s’appuyer.

Nous avons également participé au programme Launch 36 de Propel ICT. Nous avons des ressources fantastiques de ce type ici pour les entrepreneurs; il n’y a pas assez de gens au courant.

Finalement, nous avons été en mesure de bâtir une excellente équipe au Nouveau-Brunswick. Nous avons des employés talentueux et extrêmement loyaux qui offrent à nos clients un soutien exceptionnel.

En parlant de soutien aux entreprises, pouvez-vous parler du rôle d’ONB avec elandas?

L’aide du secteur public au Nouveau-Brunswick est excellente.Opportunités NB, l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) et le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) nous ont aidés au moyen de financement afin de compenser une bonne partie de nos coûts de recherche et développement. Nous avons l’intention de faire plus de recrutement, et ONB nous aide avec chaque nouvelle personne que nous embauchons. Nous avons également participé à des conférences et à des missions commerciales menées par ONB qui nous ont aidés dans nos efforts de développement des exportations.

Finalement, quel conseil donneriez-vous aux entrepreneurs en herbe?

Je pense que la culture de démarrage au Nouveau-Brunswick a connu une croissance formidable au cours des dernières années. Elle est beaucoup plus riche qu’il y a aussi peu que trois ans. Si vous avez une bonne idée, n’ayez pas peur de la poursuivre. Il y a beaucoup de soutien ici, et une foule de personnes prêtes à vous aider à réaliser votre vision.

Je pense qu’il est important d’essayer, et si vous échouez, faites-le rapidement. Tirez des leçons de tout, les réussites et les échecs. J’ai appris beaucoup de leçons à la dure, et il y a une tonne de leçons à tirer des entreprises en démarrages qui échouent. Nous avons eu des défis dans notre entreprise, et tous les entrepreneurs avec lesquels je parle ont leur part d’histoires d’horreur. Si vous croyez vraiment en votre idée, ne la lâchez pas. Le pire des scénarios vous permet tout de même d’en tirer des leçons. Il s’agit de leçons que vous pouvez mettre à profit dans une autre entreprise.

Écrit par Jason Boies

Image : Flickr