La fascination de Brent Rourke pour le bois ne date pas d’hier. Dès la fin de ses études secondaires, il s’inscrit à des cours de menuiserie au NBCC – campus de Saint John. Il se découvre alors une passion pour les boîtes de style Shaker, qui deviendront les produits phares de son entreprise, Brent Rourke Designs. Les boîtes de style Shaker de Brent sont souvent offertes à l’occasion de grands événements. Même Sa Majesté la reine Élizabeth II en possède une.

Brent Rourke, qui entame sa 19année à la tête de son entreprise, est un bel exemple de l’esprit d’entreprise qui anime la province du Nouveau-Brunswick. Opportunités NB (ONB) s’est récemment entretenue avec Brent pour en apprendre davantage sur ses réussites au chapitre de l’exportation, et pour savoir comment l’un de ses produits est parvenu jusqu’à la Reine d’Angleterre.

ONB : Commençons par votre arrivée dans le monde des affaires. Avez-vous démarré votre entreprise dès votre sortie du collège communautaire?

Rourke : Je travaillais en fait pour le gouvernement provincial, et mon épouse et moi n’arrivions pas à trouver un service de garde pour les enfants. Nous avons décidé que je serais celui qui resterait à la maison. J’ai donc quitté mon emploi et j’ai démarré une petite entreprise de menuiserie dans mon sous-sol. Dans les 19 années qui ont suivi, mon entreprise n’a cessé de prendre de l’expansion.

Au départ, les boîtes de style Shaker constituaient notre seul et unique produit. Le marché arrivant à maturité, nous avons créé d’autres produits destinés à la vente en gros. Il y a neuf ans, nous avons acheté et rénové une grange à Bloomfield, qui est aujourd’hui une superbe salle d’exposition pour notre commerce de détail.

Comme nous avons beaucoup d’espace, nous avons ajouté à notre offre des services de menuiserie personnalisés. Notre entreprise comprend donc trois volets : la vente au détail avec la Grange, la vente en gros, et les produits sur mesure, qui comprennent les meubles, la conception complète de cuisines et d’armoires. 

ONB : Vous avez eu beaucoup de succès côté exportations avec votre gamme de produits en gros. Où se trouvent vos clients, à l’extérieur du Nouveau-Brunswick?

Rourke : Nous avons une centaine de comptes actifs un peu partout en Amérique du Nord, mais notre plus gros client au-delà de ce continent est le Japon. Nous avons là-bas un important client vers qui nous exportons nos produits régulièrement. Nous avons récemment fait un envoi en Corée du Sud, et nous avons vendu des produits en gros à Taïwan.

ONB : Les boîtes de style Shaker demeurent votre produit phare. Comment la reine Élizabeth II s’est-elle retrouvée avec l’une de vos boîtes?

Rourke : Cela remonte à 2004. On célébrait alors le 400e anniversaire de fondation de l’île Sainte-Croix par le marchand français Pierre Dugua. Herménégilde Chiasson avait été nommé lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick une année auparavant. L’établissement de premiers colons à l’île Sainte-Croix était un événement marquant pour M. Chiasson. Pour souligner cette occasion, on l’a invité en Angleterre où il a été reçu en audience par Sa Majesté. Il souhaitait lui offrir quelque chose de significatif, ayant une valeur historique. Il décida de lui apporter une pierre de l’île Sainte-Croix. Il savait qu’il ne pouvait se contenter de lui remettre une pierre. Il avait besoin d’un contenant original. Il recherchait quelque chose de beau et a décidé d’acheter l’une de nos boîtes de style Shaker. 

ONB : C’est vraiment impressionnant! Une pièce d’artisanat du Nouveau-Brunswick présentée en personne à Sa Majesté.

Rourke : C’est assez incroyable! Ça méritait certainement d’être mentionné sur notre site Web. 

ONB : Avant d’en arriver à exporter vers des pays comme le Japon, qu’est-ce qui a été le plus difficile selon vous?

Rourke : Comme nous fabriquons des produits haut de gamme, c’est toujours difficile de maintenir un niveau de qualité supérieure et de pouvoir compter sur du personnel compétent et qualifié. Pour le secteur de la vente en gros, nous avons essentiellement développé des procédés dans le travail artisanal et la fabrication. Nous avons éliminé dans la mesure du possible une grande partie des compétences nécessaires. Pour le secteur des produits personnalisés, la croissance véritable n’est pas gagnée, mais nous avançons petit à petit. Nous avons la chance d’avoir trois secteurs d’activités. Si nous n’avions que la vente en gros, nous ne serions peut-être plus dans les affaires. De même, si nous n’avions que la vente au détail ou des produits personnalisés, nous aurions probablement de la peine à survivre. C’est la combinaison des trois secteurs qui fait tourner l’entreprise.

ONB : Nous sommes curieux de savoir ce que vous conseilleriez à d’autres exportateurs. Comment avez-vous trouvé des clients dans un pays comme le Japon?

Rourke : C’est le client japonais, en fait, qui nous a trouvés. C’est le grand avantage d’avoir un bon site Web. Internet met tout le monde sur un pied d’égalité. Nous jouons tous sur le même terrain de jeu; il faut juste savoir mettre son site à l’avant-plan. Les boîtes de style Shaker constituent encore notre produit phare, et ont fait notre renommée. Nous sommes devenus un chef de file mondial pour ces produits, et nos clients nous trouvent simplement en faisant une recherche sur Google.

ONB : Il est pour le moins surprenant que tant de petites entreprises n’aient toujours pas une forte présence en ligne.

Rourke : C’est étonnant, en effet, car un bon site Web est, à mon avis, essentiel. Il y a aussi LinkedIn; pourquoi se donner du mal pour créer un profil si vous n’utilisez pas de photo au bout du compte? Je ne communiquerais jamais avec une personne sur LinkedIn qui n’a pas de photo sur son profil, car elle n’est pas sérieuse. Il est si facile aujourd’hui de trouver des clients partout dans le monde grâce à un site Web et aux médias sociaux. Nous effectuons maintenant toutes nos recherches et nos comparaisons de produit en ligne. Si vous voulez conquérir un grand marché, ou seulement accroître votre visibilité sur le marché local, vous devez avoir une vitrine en ligne. Même à l’échelle locale, on s’attend maintenant à ce que vous ayez un bon site Web. Nous tenons le site à jour; j’ai mon profil LinkedIn, et une page active Facebook pour la Grange.

ONB : Parlons un peu de tourisme. Vous êtes de Hampton, et vous avez conclu une entente avec la Ville de Hampton pour promouvoir le tourisme. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet?

Rourke : Oui, nous avons conclu une entente avec la Ville de Hampton et aussi avec la Ville de Sussex. Nous avons réussi, je pense, à transformer notre établissement de détail en une véritable destination touristique. Nous organisons différentes activités tout au long de l’année; nous nous affilions avec des groupes d’artisans locaux pour tenir des journées portes ouvertes, par exemple. Nous aimons aussi exposer des artistes de la relève à la grange pour certaines activités. Nous essayons de rester assez actifs au sein de la collectivité.

ONB : Quels sont selon vous les avantages à exploiter une entreprise au Nouveau-Brunswick?

Rourke : Je pense que la qualité de vie est le principal facteur pour nous, en fait. Si vous venez, vous découvrirez que nous vivons dans un endroit assez pittoresque sur le bord de la rivière Kennebecasis. Nous avons la chance d’avoir une superbe maison à quelques pas seulement du travail. Pour nous, l’avantage du Nouveau-Brunswick réside dans la conciliation travail-famille. Je ne vois pas de quoi d’autre nous pourrions avoir besoin. 

ONB : Pour conclure, quel serait le meilleur conseil que vous pourriez donner à ceux et celles qui aspirent à démarrer leur entreprise dans la région?

Rourke : Le secret, c’est la ténacité. Vous devez avoir une vision claire de ce que vous voulez et y consacrer tous vos efforts. Le travail acharné est la seule clé du succès entrepreneurial. Si on représentait graphiquement l’évolution d’une petite entreprise, on n’obtiendrait probablement pas une diagonale qui monte en flèche, mais plutôt une droite qui monte et descend, ce qui peut être déstabilisant. Il faut avoir les reins solides pour se lancer en affaires. 

Toutes les images proviennent de Brent Rourke Designs.