En prévision de la Foire internationale de La Havane (FIHAV) de 2015, Opportunités NB (ONB) a collaboré récemment avec le premier délégué commercial de l’ambassade du Canada à Cuba, M. David Verbiwski, pour présenter une séance d’information portant sur l’exercice d’activités commerciales à Cuba et l’état général des relations entre le Canada et Cuba.

La FIHAV commence le 2 novembre 2015 et durera jusqu’au 7 du même mois. Les entreprises du Nouveau-Brunswick qui souhaitent y participer peuvent encore s’inscrire en communiquant avec la gestionnaire de l’Unité des principales exportations d’ONB, Suzanne Turmel, à la présente adresse électronique.

Examinons certaines des observations présentées par M. Verbiwski.

L’importance du Canada pour Cuba

Le Canada a bénéficié de relations ininterrompues avec la nation insulaire de Cuba pendant plus de 70 ans; il est l’un de deux pays seulement à pouvoir en dire autant (l’autre est le Mexique). Ainsi, le Canada est le troisième plus grand marché d’exportation de Cuba (pour le minerai de nickel seulement) et sa cinquième plus grande source d’importations. Comme le pays ne compte pas beaucoup d’entreprises de transformation d’aliments et de compagnies manufacturières, il est essentiel qu’il puisse compter sur des importateurs fiables. De plus, les voyageurs canadiens comptent pour près de la moitié de l’ensemble des touristes à Cuba (47 % l’an dernier).

Alors le Canada est-il important pour Cuba? Oui. Nous ne sommes pas les seuls cependant. Avec le dégel des relations américano-cubaines, les États-Unis joueront bientôt – au cours des deux à cinq prochaines années – un rôle plus grand dans l’économie cubaine. Le moment est donc tout désigné pour commencer à percer le marché cubain.

Les exportations canadiennes à Cuba

Les 10 principales exportations du Canada à Cuba (2013)

  • Blé, 16,4 %
  • Légumineuses, 7,2 %
  • Soufre, 4,3 %
  • Pièces de camion, 4,2 %
  • Potasse, 3,1 %
  • Lait (en poudre), 2,9 %
  • Maïs, 2,9 %
  • Machines de traitement des données, 2,8 %
  • Pièces de machine de traitement des données, 2,6 %
  • Machines à imprimer, 2,3 %

Les priorités économiques de Cuba

De l’avis de M. Verbiwski, Cuba a comme priorité de devenir un partenaire commercial plus fiable et veille surtout à assurer le remboursement de toutes ses dettes et à renforcer ses relations avec les importateurs.

Les autorités cubaines cherchent actuellement à :

  • accroître l’investissement étranger;
  • réduire les pratiques non efficientes et le gaspillage;
  • augmenter le PIB;
  • combattre la corruption sur tous les plans;
  • résoudre la crise de liquidité de l’État.

Les sociétés d’État

L’économie cubaine demeure une économie étatique à planification centrale. Ce sont les nombreuses sociétés d’État à Cuba qui seront à l’écoute des exportateurs du Nouveau-Brunswick. Selon M. Verbiwski, la bureaucratie cubaine est encore bien présente et la prise de décisions pourrait encore être lente et peu transparente. Ce n’est pas encore un marché qui se prête à la conclusion d’une vente rapide.

Le gouvernement cubain a fortement encouragé toutes les sociétés d’État à participer à la mission commerciale de la FIHAV. Il s’agit de la principale activité d’exploration des marchés pour Cuba, et la plus haute priorité est accordée à la création d’occasions réelles et au suivi des contacts.

Verbiwski prévient qu’il faut être prêt à attendre au moins un an avant d’avoir un contrat en mains. La patience est une vertu, et il est d’une importance primordiale d’avoir les bonnes personnes au sein de son équipe pour mener les affaires à terme. Cette expérience initiale à Cuba vous permettra de confirmer votre intérêt à l’égard du marché cubain, de renforcer vos contacts existants et d’en établir de nouveaux.

Le secteur privé émergent

Cuba admet l’émergence d’un secteur privé. Le gouvernement permet maintenant la privatisation de 276 différentes professions au moyen de l’activité indépendante. Ces petites entreprises ne sont toutefois pas encore autorisées à importer des produits du Canada.

Le pays a aussi pris des mesures pour passer d’une économie axée sur des entreprises contrôlées par l’État à une économie axée sur des coopératives contrôlées par les citoyens. Ces coopératives sont autorisées par la loi à s’occuper d’importations. M. Verbiwski précise qu’aucune ne le fait pour le moment. Cependant, avec la croissance de ces coopératives et la libéralisation du marché, elles représenteront effectivement des acheteuses potentielles pour le Canada.

Les États-Unis et Cuba

Malgré l’état des relations américano-cubaines, qui semble changer la donne, M. Verbiwski affirme que les choses n’ont pas encore vraiment évolué. Le gouvernement des États-Unis a fait en sorte qu’il soit plus facile pour ses citoyens de visiter Cuba, moyennant 12 conditions maintenant citées comme de bonnes raisons de voyager. Au fond, sauf pour quelques exceptions dans les secteurs pharmaceutique et agricole, les entreprises des États-Unis n’ont toujours pas le droit de vendre leurs produits à Cuba ou d’investir dans ce pays. Les entreprises canadiennes ne sont pas assujetties aux mêmes restrictions.

Une conjoncture favorable

Connaissant une période de croissance, Cuba prend des mesures pour libéraliser ses marchés et attache plus d’importance à l’investissement étranger. Le concurrent le plus important du Canada ne peut toujours pas mener d’activités commerciales dans ce pays. Le Congrès doit adopter une loi pour lever l’embargo commercial sur Cuba, et cela ne se produira probablement pas avant l’élection présidentielle de 2016. En fait, M. Virbiwski estime qu’il pourrait s’écouler de deux à cinq ans avant qu’une telle loi entre en vigueur.

Secteurs d’intérêt pour le Nouveau-Brunswick

À titre d’occasions d’affaires réelles pour les entreprises du Nouveau-Brunswick, M. Verbiwski mentionne les secteurs suivants :

  • Production alimentaire et remplacement des importations
  • Aliments de qualité supérieure en vue de l’augmentation éventuelle du tourisme
  • Matériel agricole moderne
  • Énergie renouvelable et amélioration du réseau
  • Matériaux de construction
  • Plans visant à accroître la capacité hôtelière de 20 % au cours des cinq prochaines années
  • Réfection des routes et des chemins
  • Améliorations portuaires dans les villes secondaires
  • Matériel nécessaire pour soutenir la hausse des activités d’exploration pétrolière et gazière
  • Matériel pour soutenir la hausse des activités minières
  • Matériel pour soutenir la prospection de plomb, de zinc et de cuivre
  • Entreprises en participation axées sur la production, la mise en marché et l’homologation de la vaste gamme de produits médicaux cubains

Joignez-vous à nous à La Havane

Pour vous joindre à l’équipe d’expansion des exportations qui participera à la mission commerciale internationale à La Havane dans le cadre de la FIHAV de 2015 en novembre prochain, veuillez communiquer avec la gestionnaire de l’Unité des principales exportations d’ONB, Suzanne Turmel, en utilisant la présente adresse électronique.