En raison de l’importante hausse de la demande au cours des dernières années, le Nouveau-Brunswick voit dans le cannabis une possible source de croissance économique. Avec les prévisions de croissance exponentielle de l’industrie du cannabis thérapeutique, et la création d’un nouveau marché grâce à la légalisation imminente du cannabis récréatif, le Nouveau-Brunswick est prêt à tirer profit de ces secteurs en pleine croissance.

Opportunités NB (ONB) a défini le secteur du cannabis comme une priorité, harmonisant activement ses efforts pour veiller à ce que les volets économique et réglementaire de l’industrie se rejoignent. Comme Eric Cook, directeur général du Conseil de la recherche et de la productivité, l’avait relevé en février, le Nouveau-Brunswick est susceptible de voir l’industrie du cannabis engendrer la création d’entreprises dérivées.

Afin de faire du Nouveau-Brunswick le chef de file de ce secteur, ONB œuvre également à soutenir les jeunes entreprises qui jouent un rôle unique au sein de l’écosystème du cannabis. C’est par exemple le cas de Civilized, un magazine numérique d’art de vivre basé à Saint John.

Derek Riedle, l’éditeur et directeur général, décrit Civilized comme « une entreprise médiatique pour les gens motivés et productifs qui choisissent de profiter du cannabis en l’intégrant à un style de vie équilibré, mais sans se laisser définir par celui-ci. »

ONB s’est entretenue avec M. Riedle pour en apprendre davantage.

ONB : Des agences de presse comme Bloomberg et Forbes ont remarqué que l’industrie du cannabis enregistre l’une des croissances les plus fortes d’Amérique du Nord. Le gouvernement canadien a récemment annoncé la légalisation d’ici le 1er juillet 2018. Qu’est-ce que cela implique pour Civilized?

Civilized Derek RiedleRiedle : Nous avons la chance de nous trouver au croisement des secteurs du cannabis et des médias numériques, une autre industrie à la croissance rapide. Nous prévoyons une croissance exceptionnelle de notre activité à mesure que la culture du cannabis continue à évoluer grâce à la légalisation du cannabis thérapeutique et récréatif au Canada et aux États-Unis. Alors bien sûr, nous attendons avec impatience le 1er juillet de l’année prochaine.

Nous sommes une entreprise canadienne et n’avons pas de contact avec la plante elle-même. Donc, pour les investisseurs cherchant à se faire une place sur le marché du cannabis, nous représentons un investissement extrêmement intéressant. En réalité, aux États-Unis, même si le cannabis thérapeutique ou récréatif est légal dans certains États, il n’en demeure pas moins listé par le gouvernement fédéral comme un produit de catégorie A.

Avec le nouveau gouvernement des États-Unis, il est difficile de savoir à quoi s’attendre en ce qui concerne le cannabis. Nous voyons cela comme un avantage pour les Canadiens et les entreprises canadiennes; soudainement, la frontière sépare aussi l’industrie du cannabis entre certitude et incertitude. Pour les investisseurs et les entreprises qui cherchent à croître, gagner des parts de marché, innover et réaliser du profit, les États-Unis pourraient représenter un marché incertain. Les capitaux d’investissement n’aiment pas l’incertitude. En revanche, une fois au nord du 49e parallèle, on assiste à une marche délibérée et mesurée vers la création d’un marché du cannabis récréatif.

C’est pour cette raison que les capitaux d’investissements dans le cannabis se déplacent vers le nord, ce qui devrait favoriser l’innovation. Je pense que les marques de cannabis canadiennes compteront parmi les meilleures et les plus novatrices du monde. Je suis également convaincu que le Canada sera un chef de file mondial en matière de tourisme et d’expériences autour du cannabis.

ONB : À propos d’investissements, pouvez-vous nous en dire plus sur votre placement privé de série A?

Riedle : Nous sommes en pleine collecte de fonds de série A et étions fiers d’annoncer que nous avions atteint la barre du million de dollars le 1er mai. Nous visons l’objectif des 3 millions de dollars pour cet été. Si nous arrivons à travailler rapidement, les investisseurs du Nouveau-Brunswick auront l’occasion de bénéficier du Crédit d’impôt pour les investisseurs dans les petites entreprises jusqu’au 9 juin. Les particuliers néo-brunswickois qui investissent dans les petites entreprises comme la nôtre pourront ainsi faire valoir un crédit d’impôt personnel non remboursable de 50 % jusqu’à concurrence de 125 000 $ par an. Ceux qui souhaiteraient en apprendre plus sont invités à communiquer avec nous au plus vite.

ONB : La majeure partie de votre soutien initial vient du Nouveau-Brunswick. Pouvez-vous nous en dire plus?

Riedle : Opportunités NB a été le tout premier organisme du secteur public à apporter sa contribution à Civilized, ce qui nous a donné les moyens de convaincre d’autres organismes des mérites de l’entreprise. Lorsque nous sommes aux États-Unis et que nous disons aux gens que nous bénéficions d’un soutien provincial, mais aussi d’un soutien fédéral par l’intermédiaire de l’APECA, ils en restent bouche bée. Ils n’en reviennent pas que le gouvernement appuie activement ce secteur.

En tant que magazine numérique, nous sommes une entreprise basée sur la connaissance. Ce sont les gens qui nous font avancer, et le soutien initial accordé par ONB nous a permis d’engager davantage d’employés et de nous lancer pour de bon. Le concept de Civilized est né au début de l’année 2015. Nous avons lancé le magazine en septembre de la même année et avons pu constituer notre équipe ici avec efficacité et rapidité, sans faire de concessions grâce au soutien de la première heure d’ONB, qui continue d’être une mine de conseils commerciaux.

ONB : L’équipe d’ONB travaille dur pour faire du Nouveau-Brunswick un chef de file de l’industrie du cannabis. Que pensez-vous de la capacité de la province à montrer l’exemple au Canada, voire en Amérique du Nord?

Riedle : Le marché du cannabis offre énormément de possibilités, que l’on soit en contact direct avec la plante ou non. Ce qui me plaît, c’est que le Nouveau-Brunswick semble avoir été la première province à se lancer, et cherche activement à devenir le chef de file national. C’est exactement ce dont nous avons besoin.

J’ai la chance de passer la moitié de mon temps au Nouveau-Brunswick et l’autre moitié en Californie. Vous seriez surpris du nombre de personnes en Californie qui sont au courant de l’approche adoptée par le Nouveau-Brunswick vis-à-vis du cannabis. Géographiquement, nous sommes suffisamment petits pour que l’écosystème soit étroitement connecté, ce qui nous permettra de devenir de véritables innovateurs. Nous pouvons mettre en place certaines mesures plus rapidement que d’autres régions plus vastes. Je pense que nous devons rester concentrés sur 2018 et nous assurer que nous franchissions l’étape de juillet avec une longueur d’avance. Le secteur du cannabis peut participer à l’accroissement de la prospérité de la région, et nous sommes heureux d’y jouer un rôle unique.

Vous voulez en savoir plus sur le travail d’ONB dans le secteur du cannabis? Cliquez ici pour communiquer avec un de nos chargés du développement des affaires.

Écrit par Jason Boies

Image de la couverture de Flickr.